Natuur & Groenbedrijf

Thuis in natuurlijk groenbeheer

Heylen bvba
VCA facebook
xx yy klik sur le photo pour voire plus de photos !

Etrépage de terre à bruyère ou de fagne

La bruyère, qu’elle pousse sur une terre sèche ou humide, est très souvent envahie par une strate herbacée (molinie et autres) et dans un stade ultérieur, une strate arborescente se développe. Le pâturage est la technique la plus courante employée pour maîtriser les terres de bruyère, mais ne peut arrêter cette évolution. Afin de préserver les bruyères, il faut les  étréper.

L’étrépage est l’opération de décapage d’un ou plusieurs horizons superficiel du sol sans contaminer et perturber les horizons sous-jacents. Il s’agit d’enlever l’horizon superficiel enrichi en matières organiques.

Toujours dans le but d’éviter tout compactage et perturbation du sol, nous employons ici les mêmes machines que celles que nous utilisons pour les travaux de terrassement. L’étrépage des landes est une opération qui exige une grande précision dans la découpe des mottes.

La réserve de semence à partir duquel le terrain étrépé sera re-colonisé est la plus importante dans une certaine strate (l’horizon A1). Cette couche d’humus, (parfois marécageuse et tourbeuse) n’a souvent que quelques centimètres d’épaisseur. Si le décapage se fait trop profondément, la réserve en semences se perd. Cela entraîne un laps de temps plus long pour la recolonisation du terrain. De plus, si le terrain est sec, du fait de son exposition au vent et à l’eau, il y a risque d’érosion et de pulvérisation (destruction de la structure du sol).

Si le décapage ne se fait pas suffisamment profond, il y a risque qu’il subsiste en trop forte densité des racines d’herbes non-désirées telles que la molinie. Celles-ci seront alors les premières à envahir le la terre de bruyère étrépée.
Le relief que présente une parcelle de bruyère déterminée doit être conservé autant que possible lors du décapage. Car c’est justement ce qui détermine la diversité des plantes.